Retour

Ynsect lève 110M€

    • Partager :

ŸNSECT lève 110 millions d’euros pour devenir le leader mondial de protéines alternatives.

Ÿnsect, entreprise française innovante spécialisée dans l’élevage d’insectes et leur transformation en ingrédients premium destinés aux marchés de l’alimentation animale (animaux domestiques et poissons) et des engrais organiques, annonce le premier closing d’une levée de fonds de Série C de 125 millions de dollars (110 millions d’euros). Ce tour de table va permettre à l’entreprise d’accélérer considérablement sa production en construisant la plus grande ferme d’insectes au monde et d’amorcer son développement international, particulièrement en Amérique du Nord. Mené par Astanor Ventures et appuyé par plusieurs fonds d’investissement internationaux – Bpifrance (à travers les fonds Ecotechnologies et Large Venture), Talis Capital, IdInvest Partners, Finasucre et Compagnie du Bois Sauvage -, cet investissement est à ce jour le plus important jamais réalisé hors des Etats-Unis dans le domaine de l’AgTech.

La mission d’Ÿnsect est d’utiliser les qualités naturelles des insectes à grande échelle pour participer à la création d’une filière agroalimentaire durable et répondre à la demande mondiale croissante de consommation de protéines. Fondée en 2011 par Antoine Hubert, PDG et ingénieur agronome de 36 ans, avec ses associés Jean-Gabriel Levon, Alexis Angot et Fabrice Berro, Ÿnsect ambitionne de devenir le leader mondial du secteur des protéines alternatives.

Contrairement à ses principaux concurrents positionnés sur le marché des commodités, Ÿnsect a fait le pari du Molitor, un petit scarabée connu sous le nom de ver de farine, non seulement adapté à la production à grande échelle, mais permettant également de produire deux produits premium de façon durable : ŸnMeal et ŸnFrass. Le premier est un nutriment pour les animaux, dont les performances nutritionnelles exceptionnelles et les bénéfices santé pour, entre autres, les crevettes, saumons, truites et bars ont été démontrés. Le second, un fertilisant de haute qualité dont l’efficacité est prouvée sur de nombreuses cultures.

La technologie de rupture développée par Ÿnsect permettant d’automatiser l’intégralité du process de production est protégée par 25 brevets, qui font d’Ÿnsect le premier détenteur mondial de brevets sur les insectes.

Ce nouveau tour de table qui porte à 175 millions de dollars les fonds déjà levés depuis la création de l’entreprise il y a 7 ans, va permettre à Ÿnsect d’accélérer significativement son développement avec la construction d’Ÿnfarm, une ferme verticale de grande échelle, basée à Poulainville, au sein de la métropole d’Amiens. Ce site, qui s’ajoute à l’unité de Dole (Jura) inaugurée en 2016, permettra d’accroître significativement la production destinée aux marchés européens de l’alimentation animale, ainsi que celui des fertilisants, et fera d’Ÿnsect le plus grand producteur d’insectes du monde.
Lorsqu’elle aura atteint son plein rendement, Ÿnfarm produira environ 20.000 tonnes de protéines par an.

En parallèle de ces développements en France, Ÿnsect prévoit d’accélérer son programme d’expansion internationale en préparant une nouvelle usine en Amérique du Nord. Le marché mondial de la nourriture animale est en croissance rapide et estimé à 500 milliards de dollars, alors que le marché des fertilisants représente environ 200 milliards de dollars.
Ÿnsect dispose déjà d’un carnet de commandes de 70 millions de dollars de chiffre d’affaires sur les quatre prochaines années.

Conseils :
Banque : Jefferies (Philippe Le Sann et Joseph Benito Sanz)
Avocats Société : Baker & Mc Kenzie (Mathieu Grollemund et Helene Parent)
Avocats Investisseurs : Orrick (Olivier Edwards), Gide (Pierre Karpik, Louis Oudot de Dainville), Luchtenberg
(Jeremie Swiecznik), Bignon Lebray (Neil Robertson  et Quentin Dosda), Lamartine Avocats (Fabien Mauvais).